Que faut-il manger avant un entraînement ?

Posté par: L'équipe FF Dans: Actus Sur: Commentaire: 0 Frappé: 270

Que faut-il manger avant un entraînement ?

 

Pour commencer, il faudrait d’abord définir le type d’entraînement, si c’est un entraînement du type musculation, cardio, CFit… et l’objectif de celui-ci : prendre de la masse, définition musculaire, entraînement pour une performance (durée, vitesse) etc…

Au-delà de ça, et sans trop rentrer dans les détails où chacun doit adapter en fonction de ses objectifs et de ses priorités, il y a quelques grands principes à respecter.

L’heure d’entraînement déterminera aussi votre heure de repas et le type de repas qu’il sera possible de faire. En gros plus votre repas sera proche de votre training plus celui-ci devra être léger et facilement assimilable (glucides et protéines) ; au contraire, si celui-ci est loin, il devra être plus important et complet (glucides, protéines, lipides, fibres etc…).

Exit l’alcool et toutes nourritures trop lourdes, trop grasses le jour de l’entrainement et ce peu importe l’heure (fromages, fritures …)

Alors quel repas faire en fonction de l’heure d’entraînement ?

 

-> 3-4 h avant, un repas complet sera la meilleure solution. Il devra être composé de glucides complexes (type riz, quinoa…), de légumes, de protéines (de préférence viande blanche, poulet ou végétal tofu, seitan, graine de chanvre…), de lipides comme l’huile d’olive, de colza et ou de noix (noix de cajou ou de Grenoble)

-> 2 h avant, le repas énuméré précédemment peut être conservé en diminuant les quantités, surtout de lipides. Ou alors faire une grosse collation avec environ 30 / 40 g de flocons d’avoine (sans gluten) pour l’apport en glucides en complexes, des fruits frais, du lait végétal, quelques noix et une part de protéines feront parfaitement l’affaire. Le mélange FORM UP ou GO UP associé à du flocon d’avoine, rempliront cette mission.

-> 1 h avant l’effort, il faut faciliter le corps dans la digestion. Il faudra opter pour un fruit et un mélange de fruits secs, style GO UP ou FORM UP

-> 30 min avant, le corps à besoin d’énergie utilisable rapidement. Une compote, avec des raisins secs, style raisin de Corinthe seront une très bonne source de glucides assimilable rapidement. Une poignée de raisins peuvent être gardée pour la séance en cas de besoin ou de baisse d’énergie.

Et après l’effort ?

 

La collation ou repas avant est bien sûr important surtout lors des jours de compétitions où il faut être au meilleur de sa forme à un moment précis. 

Mais le reste du temps, les jours d’entraînement, la collation à ne surtout pas négliger sera celle post-training.

Il faudra à ce moment-là ré-apporter au corps l’énergie qui a été dépensée et réparer les fibres musculaires endommagées par la séance. Pour cela, une collation riche en glucides et protéines, avec un peu lipides sera intéressante. D’autant plus que si un repas complet n’est pas prévu dans les 2 h suivant la séance, il faudra s’orienter vers cette collation, qui permettra de remettre le corps rapidement dans une situation favorable à la régénération (muscles, énergie…) et l’amènera vers le prochain repas. 

Cette collation devra idéalement être composée de protéines (une vingtaine de grammes) et de glucides pour un rapport de 1 / 3. La protéine de Chanvre pour les végans sera idéale (car complète en acides aminés), avec des glucides, environ une soixantaine de grammes (banane, compote…) associé à un mélange de fruits secs comme le REFUEL ou l’ANTIOX, cela donnera une collation riche en protéine, glucides, antioxydants et un peu de lipides. De quoi recharger les batteries pour que votre corps commence à se reconstruire suite aux dégradations subit durant la séance et en attendant d’avoir un repas complet dans les heures suivantes.

 

Les repas autour de l’entraînement sont donc très importants et à ne surtout pas négliger nous avons vu ici quelques pistes et idées pour préparer des collations pré-training et post training.

commentaires

laisse ton commentaire